Immigration : Quand travailler au Canada devient facile

Publié le 10/03/2020
Le programme « Canada Emplois Afrique » a été officiellement lancé, le jeudi, par le cabinet Conseils Top Managers d’Afrique (Ctma) et son partenaire Vaillancourts-Riou.

« Ce n’est pas une arnaque. C’est vraiment l’opportunité de pouvoir travailler au Canada. Pour la simple raison que les entreprises québécoises ont besoin de ressources humaines qualifiées. La bonne nouvelle, c’est que vous n’aurez rien à payer ».

 

Toutefois, des frais annexes tels que ceux en rapport avec la visite médicale devront être pris en compte par le demandeur d’emploi. Voilà ainsi résumés, les avantages contenus dans le programme d’immigration « Canada Emplois Afrique ».

Le programme qui se veut « innovant, gratuit et transparent », a été présenté le jeudi 5 mars 2020, au Novotel, à Abidjan-Plateau, au cours d’un point presse, animé par M. Adama Bamba, directeur général du cabinet Conseils Top Managers d’Afrique (Ctma). Il était accompagné de plusieurs personnalités dont Me Marc Vaillancourt, directeur général de Vaillancourts-Riou, son partenaire.

La particularité du programme a été exposée par M. Adama Bamba. « Il n’y a pas de possibilité d’arnaque. Pour certains postes, il y a la possibilité que l’employeur paie votre billet d’avion... », a-t-il détaillé, confiant. Avant d’inviter les éventuels candidats à consulter le site : www.canadajobsafrique.com pour les informations relatives aux offres d’emplois ou à la procédure de recrutement proprement dit.

Déjà, 3000 offres d’emplois concernant, entre autres, les métiers d’aides-soignantes sont disponibles sur ledit site. Et les recrutements ont démarré.

A l’en croire, en moins d’un an, les personnes recrutées dans le cadre du programme seront en fonction au Québec. Mieux, elles auront leur permis d’autorisation à travailler et leur contrat signé, depuis la Côte d’Ivoire.

Pour lui, ce programme est aussi une solution pour juguler le problème du chômage en Afrique francophone, mais particulièrement en Côte d’Ivoire.

Des précisions sur la pénurie en ressources humaines dans les entreprises canadiennes ont été faites par Me Marc Vaillancourt, directeur général de Vaillancourts-Riou. « Pour faire face à ce grand besoin, des entreprises québécoises ont sollicité le cabinet canadien, à l’effet de mettre à leur disposition des travailleurs. Les besoins en main d’œuvre se situent à tous les niveaux », a-t-il clarifié.

Il a terminé en précisant la part de responsabilité de son cabinet dans le programme « Canada Emplois Afrique ». Il s’agit, notamment de « soutenir Ctma dans ses demandes pour faciliter le recrutement ; assister les candidats ayant signé un contrat avec un employeur dans le cadre dudit projet, dans leurs processus et formalités d’immigration, faciliter l’accueil et l’installation du client au Québec... »

Les clauses du contrat qui concernent, entre autres, à « identifier, évaluer et recruter du personnel dans la catégorie de métiers demandés par Vaillancourts-Riou, tout comme procéder à une pré-sélection d’employés potentiels pour les entreprises canadiennes... » relèvent, quant à elles, de la responsabilité du cabinet Ctma, a-t-on noté.

C’est environ 5000 personnes qui pourront être recrutés dans le cadre de ce projet par an. Surtout qu’au Québec, le taux du chômage est « très bas. Il est estimé à 2.5 », selon les organisateurs.